Équipements du cycliste Tests

Lunettes Koo Open Cube : ergonomie et protection !

Lunettes Koo Open Cube

Marque sœur des casques Kask, Koo propose une ligne de lunettes et masques de protection des plus techniques. Les Open Cube ont été adoptées par l’équipe Trek Segafredo, nous les avons testées…

Adoptées par Mads Pedersen et ses coéquipiers de Trek-Segafredo, les lunettes Koo Open Cube sont originales, branches “papillons”, ajustage micrométrique, étrier nasal ajustable, écrans Zeiss interchangeables, on est loin d’un modèle basique. Et cela se ressent dès l’achat. En effet, il faudra débourser près de 200 € pour les acquérir. Une somme élevée par rapport à la concurrence...

Une prestation haut de gamme

  • Lunettes Koo Open Cube
  • Lunettes Koo Open Cube

Les Koo Open Cube sont livrées dans une boîte de transport de belle facture. Cette housse semi-rigide comporte les lunettes, un étrier nasal épais, un écran transparent et un sac de transport qui servira aussi pour le nettoyage des écrans. Les lunettes y sont parfaitement protégées et même si les sacs s’empilent dans le coffre de la voiture, elles n’y craindront rien. La monture en polycarbonate dispose de branches “papillons” qui ne se replient pas, elles pivotent vers l’écran. C’est original, mais surtout cela prend un peu moins de place dans la poche du maillot… Les branches sont de plus ajustables en hauteur via un engrenage micrométrique. Les écrans sont des Zeiss, le summum en la matière. Dans notre cas nous avons un écran Smoke Miror -Cat 2, VLT 21%- (le modèle change en fonction des couleurs) et un écran transparent (sur toutes les combinaisons). Tout ce petit monde est certifié CE contre les chocs et pour la protection oculaire.

A l’usage

  • Lunettes Koo Open Cube
  • Lunettes Koo Open Cube
  • Lunettes Koo Open Cube
  • Lunettes Koo Open Cube

Première chose qu’on peut faire, c’est jouer sur l’étrier nasal. Les coussinets sont ajustables et permettent de “baisser” ou de “monter” l’écran en jouant sur leur écartement. Il y a aussi deux épaisseurs de coussinets. Ensuite, on peut modifier l’angle des branches, il y a cinq positions. On place alors l’écran comme on veut par rapport à ses yeux et son casque. Sur ce plan, nous avons essayé avec des Kask, mais aussi avec d’autres marques et pas de problème de compatibilité. En cas de sueur abondante, rien ne glisse non plus. Les yeux sont parfaitement protégés du vent et des rayons solaires. L’écran fumé est très agréable et protège bien de l’éblouissement. La transition entre zones éclairée et sombre est assez bon, il n’y a que lors des passages dans les sous-bois qu’on est un peu handicapé. Les écrans sont “ventilés”, la buée se forme donc un peu moins vite. Mais quand on monte une côte au maximum de ses capacités, lentement hélas, la vapeur d’eau générée n’est pas évacuée… Dès que la vitesse reprend ses droits, l’écran redevient “clair” très vite en revanche.

Le verre est ventilé dans sa partie supérieure. Crédit Frédéric Iehl

L’esprit pratique

Lunettes Koo Open Cube
Les branches ne se replient pas, elles pivotent vers l’intérieur. On note aussi qu’il manque un coussinet nasal… Crédit Frédéric Iehl

Les branches “papillons” nous ont un peu déstabilisé au début, on s’y fait vite. Néanmoins sur le vélo, si on veut mettre les lunettes dans la poche plutôt que sur le casque, où elles tiennent bien, il faut ses deux mains pour les plier… Autre chose, un coussinet de l’étrier nasal s’est accroché au maillot et est parti de son logement. Cela nous est arrivé une seule fois, mais il conviendra de bien vérifier qu’ils sont toujours bien accrochés quand on les ajustera. Les changements d’écran sont très faciles. Il suffit de le tirer vers le bas au niveau de l’étrier nasal pour l’enlever. Pour le remettre, on commencera par l’extérieur et on le plaquera ensuite sur toute sa longueur dans la monture. Là aussi, il sera bon de s’assurer que l’écran est bien en place avant de mettre les lunettes…

Notre avis

Lunettes Koo Open Cube
Le revêtement des branches assure un très bon maintien. Crédit Frédéric Iehl

En termes de confort, pas de doute à avoir, on est au top. L’ajustement de la monture, les écrans, tout est parfait. On apprécie aussi la qualité des écrans qui ne déforment pas l’image et protègent parfaitement les yeux. On “regrettera” cependant la grande facilité avec laquelle on ôte l’écran et qui peut conduire à quelques désagréments notamment quand on sort les lunettes de sa poche de maillot. Même si pour les stocker le casque est une bonne alternative… Il y a une grande variété de possibilités puisque les Koo Open Cube sont proposées en 12 couleurs. Les nôtres sont la version Trek-Segafredo qui n’est pas ou plus dans cette sélection… L’offre en matière d’écrans “teintés” diffère cependant d’une combinaison à l’autre. En option, vous pourrez donc trouver l’écran que vous désirez, ils sont à 55 €, sauf le photochromique (non disponible dans les combinaisons) qui est à 65 €. On est donc dans le très haut de gamme, mais la qualité de fabrication est là. Il faudra juste être attentif et soigneux car le prix est vraiment au-dessus du marché…

Fiche technique lunettes Koo Open Cube

Lunettes Koo Open Cube
Les branches ceinturent parfaitement la tête et permettent aux lunettes de rester en place même avec une sueur abondante. Crédit Frédéric Iehl
  • Écran : Zeiss fumé et incolore
  • Ventilation : Airflow
  • Matériaux : Polycarbonate
  • Poids : 33 g
  • Prix : 199 €

A retenir :

Les points positifs

  • Ergonomie
  • Confort
  • Verres
  • Facilité de changement des écrans

Les points à améliorer

  • Prix
  • Tenue des coussinets
  • Tenue des écrans

Contact : Koo

Publicités
Publicités

0 comments on “Lunettes Koo Open Cube : ergonomie et protection !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :