Avec le frein à disque la technologie évolue et le câble a fait place à l’huile. Petits points sur les spécificités des fluides hydrauliques…

Le frein à disque a changé les habitudes de freinage et de maintenance pour ceux qui y sont passés. Hormis sur les entrées de gamme mécaniques, finis les gaines et les câbles, place à l’hydraulique et aux plaquettes ! On ne tend plus les câbles, on purge les freins à disque avec de l’huile. Oui mais laquelle ?

Pourquoi de l’huile ?

  • Huile hydraulique freins à disque
  • Huile hydraulique freins à disque
  • Huile hydraulique freins à disque

Les freinages à patins ou à disque fonctionnent de la même façon. On a une garniture (patins ou plaquettes) qui vient frotter sur une surface de freinage (jante ou disque). Cette friction va transformer la vitesse, ou plutôt l’énergie cinétique, en chaleur et le vélo va s’arrêter. Les températures sont assez élevées dans les deux cas. Les jantes peuvent ainsi “monter” à 150-250 °C dans certains cas là où le disque peut atteindre les 400°C, voire parfois plus. Les garnitures souffrent plus ou moins de ces montées en températures, mais avec le freinage hydraulique, la chaleur migre vers le fluide qui commande l’action des plaquettes. Sur du freinage à patins aucun risque puisqu’on utilise un câble, même s’il existe quelques freins hydrauliques à patins. Leur conception les met à l’abri de ce phénomène. Si le fluide chauffe, il faut éviter qu’il ne se mette à bouillir. Car si le liquide est incompressible, ce n’est pas le cas du gaz… Comme on atteint souvent des températures largement supérieures à 100 °C, on utilise des huiles et non de l’eau. Minérales, synthétiques ou à base de silicone au choix, le but est que les huiles entrent en phase gazeuse à la température la plus élevée possible.

L’huile minérale

C’est l’huile la plus courante dans le monde des freins à disque de route. Shimano, FSA, Campagnolo, Rotor et Magura l’utilisent. Elle dispose d’un point d’ébullition compris entre 170 et 280 °C ce qui lui confère une bonne plage de travail. Elle est “facile” à manipuler dans la mesure où elle n’est pas corrosive. Elle est hydrophobe : l’avantage c’est qu’elle n’attire pas l’eau et a tendance à la repousser, l’inconvénient c’est que si de l’eau finit par s’intégrer au circuit de freinage, elle reste en émulsion. On a ainsi d’un coté de l’huile qui va bouillir à plus de 200 ° C et qui va représenter la majorité du fluide et de l’autre un peu d’eau qui sera gazeuse audessus de 100°C. Ce sera alors le nouveau point d’ébullition du système… On aura alors un perte très sensible, voire totale de la puissance de freinage. S’il n y a pas de fuite, on peut effectuer les purges annuellement, la contamination se fait par contact et non avec l’humidité de l’air ambiant. Un flacon d’huile minérale ouvert “ne fixera donc pas” l’eau.

La DOT 5.1

Huile hydraulique freins à disque
La Sram DOT 5.1 est incolore. Crédit Sram

Elle est juste employée par Sram et Hope sur la route. La DOT 5.1 se caractérise par une bonne montée en température avec un point d’ébullition de l’ordre de 270 °C. Ceci permet au freinage de supporter plus de contrainte. Mais elle est hydrophile… L’eau finit donc par se mélanger à l’huile et abaisse de façon sensible le point d’ébullition aux alentours de 190°C ce qui maintient une bonne puissance de freinage avec les freins à disque. Mais ce caractère hydrophile attire l’eau et la vapeur d’eau… Dès qu’il y a une mise à l’air on s’expose donc à la contamination. Il est donc nécessaire d’effectuer un remplacement complet du liquide au moins deux fois dans l’année si on roule par tous les temps. La DOT 5.1 est de plus très corrosive, la moindre éclaboussure sur un cadre ou un composant peint peut affecter la finition de façon rapide, pour la peau et les yeux idem. Il faut donc se protéger et protéger les surfaces exposées. Voire les “décontaminer” très rapidement en cas de projection. Un flacon d’huile DOT 5.1, une fois ouvert, doit être utilisé très rapidement car il va se charger en eau.

Que choisir ?

Huile hydraulique freins à disque
Pour protéger son cadre, et sa fourche, le mieux est d’entourer son étrier avec un chiffon. Crédit Frédéric Iehl

Toutes les huiles minérales se valent à peu de chose près. Pour le coût ou la disponibilité, on peut être amené à utiliser un fluide d’une autre marque que celle de son circuit de freinage. Cela peut se faire sans incidence sur le fonctionnement. Mais pour respecter la garantie, il vaut mieux utiliser l’huile minérale “constructeur” si ses freins à disque sont encore couverts. En effet, l’huile est généralement colorée et lors de l’ouverture du circuit, le technicien verra tout de suite si la purge a été réalisée ou non avec le fluide recommandé. Dans le cas contraire, il pourra refuser la prise en charge sous prétexte que les spécifications constructeurs n’ont pas été respectées. Même si la purge a été bien faite… La DOT 5.1 utilisée par Sram est un produit automobile, il n’y a pas de marque recommandée même si Sram propose ses flacons de DOT 5.1. Vous pouvez donc mettre dans les circuits de freinage de la marque américaine toutes les huiles DOT 5.1 du marché. Du moment qu’il s’agit bien de DOT 5.1. Ne la remplacez par rien d’autre et surtout pas par de la DOT 5. Elles ne sont pas compatibles du tout…

Les bricolages ? C’est non…

Huile hydraulique freins à disque
Les kits de purge ne doivent pas être utilisés avec divers types d’huile. Crédit Frédéric Iehl

On peut aussi être tenté de changer la nature de l’huile dans le système de freinage pour des raisons pratiques ou de performances. On ne le fera surtout pas. L’huile minérale va dans un circuit d’huile minérale et la DOT 5.1 dans un circuit pour la DOT 5.1 ! Idem pour le matériel de purge, que ce soit les seringues, les réceptacles d’huile usée mais aussi les chiffons. Si vous avez deux types de circuits à la maison, ayez deux kits complets et distincts ! On nettoiera les clés utilisées avec du dégraissant, et on se débarrassera des chiffons usagés, de l’huile retirée et des gants à la déchetterie. L’injection d’un peu d’huile minérale dans un circuit DOT5.1 va faire gonfler les joints rendant le système inutilisable. Sur un circuit “huile minérale” la DOT 5.1 va casser les joints, on aura donc des fuites partout. Dans les deux cas, remplacer les joints ne sera pas possible économiquement parlant. Et seulement quelques gouttes suffisent… Alors soyez prudent.