Que faire avec son smart-trainer quand on a fait le tour de l’application qui lui est liée ?Aller sur Kinomap !

Kinomap va vous permettre d’exploiter plus complètement votre home-trainer, et ce de façon agréable. La plateforme vous propose des activités sportives (cyclisme, rameur ou course à pied) sous formes de simulations, d’Intervalles et de Coaching qui vont rendre les séances moins monotones et plus efficaces.

Comment cela marche ?

Il faut charger une application gratuite iOS ou Androïd pour smartphone ou tablette, vous créez un compte et profitez alors des diverses possibilités. Il y a un accès gratuit, aux prestations intéressantes mais limitées, et un accès payant et total qui fonctionne par abonnement mensuel (10 €), annuel (80 €) ou à vie (230 €). Sur l’application, on choisit son home-trainer et on s’y connecte via Bluetooth ou ANT + (avec dongle suivant modèle). Ensuite, on sélectionne ce qu’on veut faire, simulation ou exercice. L’affichage peut être également déporté sur un écran plus grand ce qui est nettement plus confortable. Les commandes restent cependant sur le smartphone ou la tablette. On ne peut pas installer Kinomap sur un ordinateur, mais on peut utiliser son écran. On peut aussi télécharger vidéo et exercice pour travailler sans connexion.

Kinomap Simulation home-trainer
Le rendu sur un iPad mini est sympa. Il y a parfois des coupures d’informations, ici la puissance. Crédit Frédéric Iehl

Du côté des home-traîners, le mieux est de disposer d’un smart-trainer, ou home-trainer interactif, qui sera plus à même de restituer les contraintes du terrain. Avec un home-trainer basique, on peut aussi se débrouiller avec un capteur de vitesse-cadence Bluetooth, voire avec la caméra frontale de son smartphone. Dans ce cas, on obtiendra une évaluation de la puissance qui permettra d’exploiter les vidéos, mais attention, la contrainte du home-trainer ne sera pas « réglée » par Kinomap, il faudra la faire varier manuellement…

Vidéos, coaching et intervalles

Après le mode d’emploi, voyons le “décor” ! Il n’y a pas de réalité virtuelle ici. Le Coaching et les Intervalles vous font évoluer sur un “histogramme” qui vous indique l’intensité et la durée de la charge. Au fil de la séance, on chemine donc sur ce petit graphique. On a la possibilité de faire varier la difficulté. Une fois le chrono lancé, on peut adoucir ou accentuer l’effort en fonction de son niveau et des sensations du moment. Sur les vidéos, vous êtes en prise de vue réelle et les cyclistes qui sont à côté ou devant “vous” sont ceux qui accompagnent le créateur de la vidéo.

Kinomap Simulation home-trainer
Les Intervalles sont sous cette forme. Ici c’est le temps plus que la distance qui compte. Crédit Frédéric Iehl

On peut là aussi “adoucir ou durcir” le parcours. Sur les vidéos, on est tributaire des qualités de “cadreur” de leur auteur. Il y a du bon, du très très bon et du moyen. Car Kinomap est une plateforme collaborative où chacun peut déposer une vidéo prise avec une caméra géolocalisée. Le pro cohabite donc avec le novice. L’avantage, c’est qu’on peut trouver des parcours totalement inédits et sortant des sentiers battus.

Les Intervalles et Coaching

La structure de ces séances Kinomap que vous ferez sur votre home-trainer est identique. Vous avez un histogramme qui va vous indiquer l’intensité et la durée de votre entraînement. On commence par un échauffement et après on rentre dans la phase de “travail” proprement dite. L’application envoie alors la contrainte voulue au home-trainer. Avec le Coaching et les Intervalles, on peut jouer sur la difficulté de la séance en la faisant varier de 50 à 150 % en fonction de son niveau. Mais si avec le Coaching la durée de la séance est définie et immuable, ce n’est pas cas avec les Intervalles. Avant que la séance ne soit lancée, on peut donc la rallonger éventuellement…

  • Kinomap Simulation home-trainer
  • Kinomap Simulation home-trainer

Autre différence, sur le coaching il y a une vidéo “d’habillage” qui permet de se motiver (on suit souvent un coureur contre la montre). Sur les Intervalles, vous êtes face à votre histogramme… Au niveau de l’effort, on sent bien la contrainte et l’effort. On travaille donc de façon très efficace. Et on arrive aussi à jouer sur les braquets en adaptant la difficulté de la séance. Ainsi en augmentant le niveau de contrainte, on peut travailler efficacement avec des petits développements. Ce qui n’est pas le cas à l’intensité de base, où la vitesse est essentielle...

Les vidéos ou “Outdoor”

Pour les vidéos, il y a deux modes : la Découverte qui se déroule à la vitesse de la prise de vue, et la Défi qui se cale sur votre allure. Ce dernier mode vous permet également de “concourir face à d’autres adversaires”. Si vous chargez la vidéo en local, vous ne pourrez que rouler seul sur le parcours. Au niveau de la simulation on ressent bien les changements de pente d’un point de vue musculaire, mais pas gestuel. Les descentes sont gérées informatiquement, maintenant si vous pédalez très “fort”, vous pouvez aller très vite. Vous serez juste déstabilisé par les trajectoires suivies par votre caméraman !

Kinomap Simulation home-trainer
On peut déporter l’image sur un ordinateur. Mais c’est le téléphone ou la tablette qui von† piloter le smart-trainer. Crédit Frédéric Iehl

La “compétition” se déroule à distance en fait, comme un contre la montre. Vous ne voyez vos adversaires que sur une carte et sur un tableau, masquables, qui vous donnent votre position au sein des participants. On peut masquer tous ces affichages pour être pleinement immergé et c’est ainsi que c’est le plus agréable. Avec Kinomap, on évolue dans le réel et non dans une ambiance de jeu vidéo.

Les limites

Au niveau de la simulation, il n’y a rien à dire au niveau musculaire donc. Une forte pente est toujours aussi dure à gravir et laisse quasiment les mêmes traces physiques que dans la réalité. Mais en termes de gestes, on est un peu moins bien. On remarque d’abord qu’on roule beaucoup plus vite sur le home-trainer que sur l’interface Kinomap en montée. A la fin de la sortie, si on compare les kilométrages et moyennes Kinomap et compteur, on se rend compte qu’on a conservé les vitesses, les distances, le coup de pédale et les braquets de plat. Oui nous avons monté un col virtuel, celui de la Faucille en 53/19… Mais avec un effort de montée équivalent en puissance mais très différent dans le geste par rapport à ce que nous aurions fait dans le vrai col de La Faucille.

Kinomap Simulation home-trainer
Les valeurs de vitesse et de distance diffèrent. Par contre les jambes forcent comme à l’écran !

La cause n’est pas Kinomap, mais la limite de notre smart-trainer. Un peu ancien, il ne peut pas simuler de montée supérieure à 6%… La machine compense donc. On travaille alors avec la plaque et on monte sur le home-trainer une pente “légère” à vive allure, alors qu’à l’écran on est “collé” dans un col où un 36/19 serait le bienvenu. Pour pleinement profiter de la simulation, il faudra donc un Smart-trainer dernière génération. Mais dans tous les cas, le travail cardio-vasculaire est là, et bien là. Nous avons aussi eu quelques coupures dans la liaison home-trainer interface Kinomap, uniquement quand nous étions sur Internet. Parfois quelques secondes, parfois quelques dizaines de secondes.

Notre avis

Avec un équipement dans la moyenne, notre cas au niveau du smart-trainer, on arrive déjà à se faire bien plaisir. La simulation marque le pas du fait des limites du home-trainer, mais la qualité de l’effort est là et surtout on arrive à oublier rapidement le temps qui passe. Pas de doute on sera en forme et cela permet d’exploiter pleinement son matériel. L’abonnement est dès lors très raisonnable d’autant qu’on peut le prendre au mois… Mais à notre avis, le bon plan c’est de le prendre à vie ! Avec un home-trainer basique, on sera un peu plus mitigé dans notre jugement. Le fait d’avoir à gérer soi-même la contrainte étant limitant, mais là encore le temps passera plus vite et on aura un entraînement d’assez bonne qualité. Mais en moins plaisant.

  • Kinomap Simulation home-trainer
  • Kinomap Simulation home-trainer

Nul doute qu’avec un équipement au top, le ressenti soit exceptionnel. Car déjà, en passant sur un écran plus grand, un 13 pouces dans notre cas, les sensations sont encore meilleures. On peut aussi transférer le signal sur une télé connectée, pas de chance, la notre ne marchait pas, mais cela nous a évité d’annexer aussi le salon !

Kinomap Simulation home-trainer
On est dans le réel, les qualités d’images sont généralement bonnes. Crédit Frédéric Iehl

Il y a du choix dans les activités, une trentaine de Coaching, une petite vingtaine d’Intervalles et des milliers de Vidéos. Il n’y a que l’aspect “compétition” qui marque le pas. Si c’est votre truc, vous ne vous y retrouverez pas. il n’y a aucune immersion dans le peloton de vos concurrents. Et pour cause : vous êtes en prise de vue réelle ! L’avantage, c’est que vous évoluez dans les paysages qui seront ceux que vous pourrez traverser si vous allez sur place… Et rien que pour cela, si vos adversaires vous larguent, vous aurez tendance à vous accrocher pour voir la fin du parcours !

Contact : Kinomap