Le ruban de cintre étant très exposé, une question se pose : doit-on acheter du haut de gamme comme le Supacaz Sticky Kush ?

Choix des professionnels des équipes Bora-Hansgrohe et Deceuninck Quickstep, Supacaz n’est pas uniquement présent sur leurs vélos parce que la marque appartient au fils de Mike Syniard fondateur de Specialized. Non, le Supacaz Sticky Kush est de qualité ! Mais cela on ne le voit qu’à l’usage, et on apprécie alors son achat de 42 €. La prise en main est fabuleuse, même sous la pluie, la main ne glisse pas. Qu’elle soit nue ou gantée, nul besoin de se crisper sur le cintre pour stabiliser sa prise. Les petites gravures en reliefs sont donc un vrai plus. L’épaisseur du ruban participe à l’amorti, mais surtout il tient parfaitement en place… Il ne vieillit pas de façon excessive et il présente bien. Le prix est donc “raisonnable” sur la durée et sans chute, bien entendu.

Ruban Supacaz
Le ruban de cintre présente une texture qui le rend particulièrement adhérent et agréable à prendre en main. Crédit Supacaz

La mise en place, une étape capitale.

Le ruban est enduit d’une couche de silicone de 3 mm d’épaisseur sur sa face intérieure. Point d’autocollant donc. Lors de la mise en place, on étire le ruban de façon assez ferme mais sans excès et on prend garde à placer la bande silicone au contact du cintre. Avec la pression, elle va générer une adhérence importante. Dans la partie terminale on utilise les bandes adhésives fournies qui assurent parfaitement leur tâche. Ne reste plus qu’à mettre les bouchons en aluminium qui se vissent et donc ne se perdent pas…. Au fil des maintenances, nous avons cependant dû remplacer les bandes terminales par du ruban adhésif, car elles ne s’utilisent qu’une fois. Il est en effet possible de défaire et refaire le Supacaz Sticky Kush un certain nombre de fois. Intéressant quand on change les gaines et câbles, nul besoin de rajouter au budget le ruban. Autre point positif, il ne rebique pas et ne glisse pas non plus. Il se montre insensible aux éléments ou peu s’en faut.

Ruban de cintre Supacaz
Le ruban de cintre Supacaz vieillit bien. Si on ne le nettoie souvent, les traces foncées disparaissent facilement.

Endurant et efficace

Après 18 mois d’usage, discontinus, et près de 10 000 km parcourus, nous avons affronté toutes les conditions météos. Nous avons aussi lavé le vélo de façon douce, éponge et liquide vaisselle, mais aussi de façon plus tonique, nettoyeur haute pression, dégraissant, éponge abrasive. Le rouge originel a été un peu atténué par les UV, mais sans plus. La sueur et l’exposition aux fortes températures estivales ont également eu assez peu d’effets négatifs sur le ruban. Les zones en contact avec les mains ont également légèrement foncé, mais sans plus. La partie basse du cintre qui frotte contre les murs quand on appuie son vélo n’a pas été top abrasée. A notre avis, s’il est bien posé, et nettoyé comme il faut, le Supacaz Sticky Kush doit durer à peu près trois fois plus longtemps qu’un ruban traditionnel... Bien sûr nous ne parlons pas des conséquences d’une chute, le ruban sera déchiré. On ne lui reprochera donc au final que son poids, largement compensé par son confort !

Bouchon de cintre Supacaz
Les bouchons terminent parfaitement le montage. Même s’ils sont un peu lourds. Ils protègent aussi le ruban de l’abrasion.

Fiche technique du ruban Supacaz Sticky Kush

  • Matériaux : PU
  • Dimensions : longueur 2160 mm, largeur 30 mm, épaisseur 3 mm
  • Couleurs : rouge, céleste, café, gun métal, blanc et noir
  • Divers : bouchons en aluminium anodisés et gravés au laser, bandes adhésives caoutchoutées.
  • Poids : 110 g avec bouchons
  • Prix : 42 €

Contact : Supacaz, Alternativ Sport