Avec le Zero SLR, Wilier associe légèreté à rigidité, polyvalence à efficacité et technologie à esthétique. Plus qu’une étude de style, cette machine est bel et bien réelle et pour le moins réussie !

Il n’y a pas eu d’hésitation au sein du bureau d’études de Wilier, le Zero SLR ne pouvait être qu’à disque et avec une intégration maximale. Et en plus il se devait d’être ultraléger, puisque le but était de réaliser une machine à disques aussi légère que ses consoeurs à patins. Avec 6,5 kg en configuration haut de gamme, on peut dire que le bel italien a rempli sa mission. D’autant que sur la route le potentiel est là.

 Zero SLR Sram Red eTap AXS
Avec le nouveau groupe Sram Red eTap AXS, le Zero SLR est à la pointe de la technologie
Lilian Calmejane et Niky Terpstra
Les pros comme Lilian Calmejane et Niky Terpstra ont eu leurs mots à dire dans la conception du nouveau Wilier Zero SLR. Crédit Wilier Triestina / Pocis Pix

Rigidité et légèreté, avant tout !

Avant  du Wilier Zero SLR
Le fourreau gauche est renforcé pour supporter le freinage. Les deux fourreaux sont très écartés de la roue pour l’aérodynamique, un pneu de 28 mm passe sans problème. Crédit FI

La cible c’était bien entendu le poids d’un des anciens haut de gamme de la marque, le Zero 7, un cadre en dessous des 800 g… Ici le châssis atteint les 780 g, la fourche 345 g mais on intègre toutes les commandes et durites et surtout le vélo se veut un système complet. Il est ainsi équipé d’un guidon intégral à 335 g, sa tige de selle est spécifique et pèse 165 g. Le travail a porté jusque sur les spacers de la douille, travaillés pour être démontés sans qu’on ne touche aux câbleries (45 g au total), le travail a même porté sur le support compteur qui atteint les 19 g. On fait donc mieux qu’avec le Zero 7 et en mettant plus d’éléments dans le cadre.

Rien ne bouge

Du côté de la rigidité, on est 24 % plus élevé que le Zero 7. Pour ce faire on a joué la carte de l’asymétrie sur l’arrière du cadre où la base droite est “blindée” pour éliminer les flexions liées à la traction de la chaine. Sur la fourche, le fourreau gauche est également renforcé pour contrer les effets du freinage. Les roulements de direction sont en 1”1/4 en haut et en bas. Wilier emploie également un nouveau “matériau” dans son composite, le LCP ou Liquid Crystal Polymer qui rend la structure plus résistante aux chocs. Comme de nombreux autres vélos, le Zero SLR adopte le crédo du comportement unique pour toutes les tailles. C’est le Balance Design qui en jouant sur le composite et sa répartition permet d’obtenir cette homogénéité de comportement entre le plus petit et le plus grand cadre. De quoi faire plaisir à un large public.

Boîte de pédalier Wilier Zero SLR
La boîte de pédalier du Wilier Zero SLR est au standard BB86,5. Crédit FI
Frein à disque du Wilier Zero SLR
Le cadre est lui aussi prévu pour le système de blocage Speed Release. Crédit FI

Aérodynamique et ergonomie

Guidon du Wilier Zero SLR
Le guidon n’existe qu’en une seule largeur 400 mm, mais en 5 longueur de 90 à 130 mm

Le Zero SLR n’est pas un vélo aérodynamique au sens premier du terme, mais un important travail de profilage a été réalisé de façon à le rendre moins gourmand face au vent. Ainsi les fourreaux de fourche sont très “décollés” de la roue avant de manière à limiter les interférences de turbulences, le triangle principal adopte bien évidemment des tubes tronqués de profil Kammtail de manière à concilier esthétique, légèreté, aérodynamique et surtout rigidité. L’intégration du serrage de selle complète le tableau. Il s’effectue via un expandeur.

De nombreuses options de tailles

Mais le plus intéressant en fait c’est le nombre de combinaisons disponibles pour trouver sa taille. Car on peut jouer sur la taille des cadres, il y en a 6, au niveau des guidons intégraux, on joue sur 5 modèles (tous en 400 mm de large) et après on rajoute à cela les configurations de spacers, soit 7 combinaisons. Au final on a 210 possibilités… D’autant que la tige de selle est proposé en deux versions, une sans recul et une avec 20 mm. En jouant avec tous ces éléments il est souvent possible de naviguer sur 2 ou 3 tailles de cadres pour reporter sa position. Un nouvel outil est disponible pour trouver sa posture par rapport au stack et au reach, c’est l’Accufit.

Tige de selle du Wilier Zero SLR
La tige de selle peut être “droite” et donc sans recul. On remarque sur le tube supérieur le bouchon qui protège le serrage de tige de selle. Crédit FI

Des prix haut de gamme

version noire du Wilier Zero SLR
La décoration noire et blanche est assez discrète et indémodable. Crédit Wilier.

Les montage proposés sont essentiellement en Shimano Ultegra et Dura-Ace tous deux en Di2 ou en Sram Red eTap AXS ou Force eTap AXS. Avec des roues haut de gamme dans toutes les combinaisons et un ensemble cadre-fourche à 5 000 €, on ne sera pas étonné de voir les tarifs évoluer entre 7 700 et 11 500 €… Le nouveau Wilier Zero SLR est disponible en trois couleurs, le rouge Velvet, l’Admiral Blue et le noir et blanc.

version rouge du Wilier Zero SLR
C’est sans doute le Zero SLR le plus “lumineux” du lot. Crédit Wilier

Contact : www.wilier.com