Reprenant les grandes lignes du Corsa, le Vittoria Corsa Control est un spécialiste des conditions difficiles. Pluie, froid, mauvaises chaussées, rien ne lui fait peur !

Véritable référence chez les pros et les amateurs de performances, les pneumatiques Vittoria Corsa ont une version tout temps : le Corsa Control ! Proche visuellement parlant de la version “Course”, le Control a sa personnalité. Bien affirmée.

Graphène, Coton et Kevlar !

On retrouve sur le Corsa Control, une carcasse en coton haute densité, à 320 TPI. La signature de Vittoria car ce tramage très haute densité est employé depuis des années sur les boyaux et les Open Tubular de la marque. La carcasse est associée à un renfort anti-crevaison en Kevlar qui rend l’enveloppe assez rigide au montage. La chape associe 4 mélanges de gomme pour procurer une adhérence optimale et le “caoutchouc” est enrichi de Graphène qui limite l’usure, la consommation d’énergie et les crevaisons. Les quantités de matières sont revues à la hausse et surtout la chape comporte plein de stries qui, en se déformant au contact du sol, augmenteront la surface et donc l’adhérence. Tout est prévu pour rouler en conditions “extrêmes”.

Vittoria Corsa Control
La chape est assez rigide. On s’en rend compte si on plie le pneu mais aussi quand on le monte ! Crédit Frédéric Iehl

Montage et mesures

Sur la balance on est à 270 g, soit entre 20 et 30 g de plus que sur le Corsa. L’enveloppe, non montée, se montre également un peu rigide, on retrouve cette sensation au montage également. Mettre en place la chambre à air légèrement gonflée est donc un peu moins facile, car l’enveloppe a tendance à la chasser… On peut donc être tenté de clipser le pneu au fur et à mesure de la mise en place. Avec du Butyl, pas trop de souci. Avec du latex, il faudra faire attention à ne pas pincer. Une fois monté et gonflé, on s’aperçoit que le Vittoria Corsa Control est bien “rond”. Notre 25 mm mesure en fait 26 mm gonflé à à 7,5 bars. et comme il est aussi haut que large, il peut y avoir des passages compliqués sur certains cadres anciens. Sur les modernes” ça va !

Efficaces partout

Vittoria Corsa Control
Par rapport au Corsa, le Corsa Control dispose sur ses lignes “de dessins assez agressifs qui augmentent sa surface au sol en courbe. Crédit Frédéric Iehl

Si le Vittoria Corsa Control est dur au montage, il n’en est pas de même au roulage. Même avec une chambre Butyl, le rendu est assez “onctueux”, on a l’impression que le pneu absorbe les petites imperfections de la chaussée, comme s’il les épousait. Nous avons aussi eu de gros chocs et des très gros chocs, mais le matelas d’air est suffisant pour se prémunir d’un choc pincement. Nous avons toujours roulé entre 7 et 7,5 bar. Sec, mouillé, sols chaud ou froid, l’adhérence est au rendez-vous. les prises d’angles sont progressives et très sécurisantes. La forme du pneu y est aussi pour beaucoup, de même que sa souplesse. On le sent presque travailler en courbe pour donner plus d’appui. Nous avons choisi de le monter sur une jante C17 d’abord, puis sur une C13 par la suite. Le ballon est plus rond sur cette dernière et ce n’est pas sans incidence sur le comportement du pneu.

Vittoria Corsa Control
Le Corsa Control dispose d’une large plage de gonflage. Nous l’avons utilisé entre 7 et 7,5 bar. Crédit Frédéric Iehl

Avec un ballon plus “rond”, on tourne encore mieux et on ressent plus d’appui. Mais c’est en danseuse qu’on ressent aussi plus de flottement et une légère dérive quand on passe la puissance. Avec une jante de type C17 ou supérieure, on aura aussi cette sensation mais amoindrie. Le pneu est donc un peu moins vif. Sur sol chaud on ne n’est pas senti collé, mais son poids, son renfort anti-crevaison consomment à n’en pas douter un peu d’énergie par rapport au Corsa. Au niveau de la résistance à la crevaison et à l’usure, nous n’avons rien noté au cours de nos 1 500 km parcourus avec. On note cependant que la chape se coupe, mais qu’on n’atteint rarement la carcasse, il y a aussi quelques silex et bouts de verre qui s’y fichent, mais leur progression y semble ralentie. Si on les ôte, on se prémunie des crevaisons futures de toutes façons.

Notre avis

Pour affronter les épreuves de début et de fin de saison, voire faire sa préparation hivernale, si on a le budget, le Vittoria Corsa Control est très adapté. Mais il peut également être un bon choix pour le cyclosportif qui veut un pneu typé confort et sans surprise. On perd certes en nervosité et en rendement global, mais on dispose d’une bonne résistance à la crevaison, d’une excellente adhérence, d’une bonne qualité de roulement et d’un très grand confort. Une option à prendre en compte quand on évolue sur des terrains variés avec des météos changeantes et qu’on n’envisage pas de modifier son choix de pneumatiques à chaque épreuve. Surtout qu’avec des chambres en latex on gagne encore en souplesse et en ressenti. Cette enveloppe existe donc en pneu, mais aussi en boyau et en tubeless, du 25 au 30 mm…

Vittoria Corsa Control
Quand il est monté, le Vittoria Corsa Control est assez rond. Et assez volumineux aussi… Crédit Frédéric Iehl

Fiche technique du Vittoria Corsa Control

  • Chape : 4C Graphène 2.0
  • Carcasse : coton 320 TPI Corespun-K (renfort anti-crevaison en Kevlar)
  • Section : 25 mm
  • Section mesurée pour un 25 mm : 26 mm à 7,5 bar
  • Poids : 270 g (270 g et 271 g)
  • Prix : 60 €

Les points positifs

  • Confort
  • Résistance à la crevaison
  • Souplesse
  • Adhérence

Les points à améliorer

  • Un peu gros
  • Légère dérive en danseuse

Contact : Vittoria, RVF