Spécialisée dans les roulements basses frictions, CeramicSpeed a travaillé sur les chaines grosses consommatrices d’énergie. Les chaînes UFO et les lubrifiants SquirtLub ont ainsi été produits, mais il y a mieux à faire. Repenser toute la transmission et créer Driven…

Specialized Venge avec transmission CeramicSpeed Driven
Specialized a conçu un Venge pour recevoir la transmission Driven et profiter au maximum des gains aérodynamiques induits par ce matériel. Crédit CeramicSpeed

La chaîne est certainement la solution la plus simple et la plus fiable pour le moment, mais c’est un gouffre à watts. Bien lubrifiée c’est mieux, mais il y a des frottements contre lesquels on ne peut rien. Et justement les frottements c’est la phobie chez CeramicSpeed, alors ils ont créé Driven. Les ingénieurs de la marque Danoise ont donc eu l’idée de s’affranchir de la chaîne et d’utiliser un arbre de transmission. Le cardan est utilisé depuis de nombreuses années, dans la moto mais aussi sur des vélos. Mais avec la transmission Driven, CeramicSpeed va pas loin en conservant un changement de rapport, ce qui n’est pas le cas du système avec cardan. Driven comporte un arbre de transmission en carbone qui nécessite une architecture de cadre particulière. A chaque extrémité il y a un “engrenage spécial” qui vient prendre la puissance et la restituer…

Simple, mais complexe ou l’inverse !

Gros plan sur l'arbre de transmission
Finalement ces rouleaux se comportent en fait comme les maillons de la chaîne. A ceci près qu’ils tournent… Crédit CeramicSpeed

Driven conserve un plateau et des pignons, mais le sens d’engrenage est bouleversé dans la mesure ou on ne travaille plus parallèlement au vélo mais perpendiculairement à lui. Les dents du plateau et des pignons sont donc orientées à 90° de ce qu’on a l’habitude de voir. Les engrenages qui viennent prendre la puissance et la transmettre sont en fait des petits roulements céramiques. Il y a donc un gain indéniable sur les frottements qui tend à rapprocher Driven de l’objectif de CeramicSpeed à savoir une efficacité de 99 % dans la transmission d’énergie. Le prototype a été présenté à l’Eurobike 2018 mais sans être fonctionnel. Les premiers tests en charge sur vélodrome et en mono vitesse ont été réalisés début 2019 à 45 km/h quand même, pendant que le bureau d’études planchait sur le système de changements de rapports, sans fil bien entendu. Au niveau des gains aérodynamiques, un vélo équipé de Driven permet de gagner 3 secondes sur 40 km.

Un changement de rapports original

Arbre de transmission de la transmission CeramicSpeed Driven
On voit que les roulements annulaires de l’arbre de transmission Driven se décalent pour assurer un changement de rapport. Crédit CeramicSpeed

Pour changer de rapport, l’engrenage à proximité des pignons coulisse le long de l’arbre de transmission et “s’ouvre et se décale en hélice” pour permettre la montée ou la descente. Il n’y a aucun besoin d’attendre une zone de transfert pour que le changement soit effectif. La sélection s’effectue en un tour d’arbre de transmission soit un peu plus rapidement que les changements de rapports traditionnels. Pour l’heure, le mécanisme est en cours d’élaboration et le poids doit se révéler encore important, mais cela ne fait que 14 mois que la société travaille dessus. Et vu les résultats actuels il n’y a pas de temps de perdu. De plus, le concept est prévu pour la route certes, mais aussi pour le VTT. Des marques comme Specialized pour la route ou Canyon pour le VTT s’impliquent donc dans le projet en réalisant des cadres compatibles.

Transmission Ceramic Speed Driven carénée
Les pignons et l’arbre sont ici enfermés dans un carénage pour optimiser l’aérodynamique, mais aussi la lubrification. Crédit CeramicSpeed

Des changements en perspective

Vélo de chrono équipé de Driven de CeramicSpeed
Le concept de CeramicSpeed Driven est un monoplateau associé à 12 pignons parfois très grands… Crédit CeramicSpeed

En plus de la perte de la chaîne et des dérailleurs, la transmission Driven met en avant le mono-plateau. On se retrouve donc dans une situation assez inédite où on aura moins de “vitesses” disponibles qu’il y a quelques années. Et ce même si on a encore 12 rapports… Le concept du mono plateau, arrivé du cyclo-cross et mis en avant par Sram avec ses groupes 1-X ou One-By, gagne donc du terrain. Simplicité d’usage, poids, il y a des arguments… Le mono plateau est également ardemment défendu par Gérard Vroomen, créateur des vélos 3T Exploro et Strada, qui considère que le double plateau et son dérailleur ont un coût aérodynamique non négligeable d’autant qu’il est rare qu’un cycliste utilise ses 22 ou 24 développements potentiels. Ce qui n’est pas faux… Mais l’abondance de développements et surtout leur bon étagement est aussi un confort, moral et physique. L’autre changement à prévoir est celui des cadres, car Driven ne sera pas compatible avec les architectures actuelles. Il faudra donc des modèles dédiés, à voir si cela sera compatible avec le cahier des charges de l’UCI. Enfin reste le coût qu’on imagine élevé pour le moment. La généralisation du système n’est donc pas pour demain, mais il est plein de promesses ! Et il trace le futur du vélo…

Contact : CeramicSpeed, Dagg