Afin de limiter les contraintes au niveau des poignets et avant-bras tout en préservant l’accessibilité des leviers, Pascal Badollet a développé Spirgrips. Une petite extension qui prend place sur le cintre et va changer bien des habitudes.

Les Spirgrips fixés sur le cintre près de la potence ne sont pas sans rappeler les Spinacci de Cinelli. L’avancée est moins longue, mais la prise aussi bonne. On se retrouve à poser les poignets sur le cintre et aplatir le dos, tout en conservant la possibilité de piloter le vélo de façon précise et sûre. Ce que n’autorise pas les positions adoptées par les pros dans les échappées avec les mains dans le vide en avant du cintre… Mais plus que la volonté de performance c’est le confort induit par cette prise qui constitue l’atout majeur de ce système. Il y a en effet moins de tensions articulaires et musculaires au niveau des poignets et avant-bras. La prise se libère très facilement et on atteint les leviers de freins sans difficulté. Les Spirgrips route sont en composite, pèsent 115 g la paire et coûtent 60 € pour la version mate et 65 € pour la version peinte en blanc ou en noir. La version VTT est autorisée par l’UCI en compétition. On attend pour la route…

Les Spirgrips apportent une prise supplémentaire au cycliste. A voir sur la durée, mais le concept est intéressant quand on le prend en main sur une démonstration.

Contact : Spirgrips, Tecnoglobe